Accueil > Archives > Nouveautés en DISTRIBUTION chez Libération Films

Nouveautés en DISTRIBUTION chez Libération Films

mardi 7 octobre 2008

CUBA, une utopie blessée

Documentaire de Renaud Schaack, France 2007, 90 min

Janvier 1959 : le triomphe de la Révolution cubaine provoque un véritable séisme en Amérique latine. Les nouveaux dirigeants parlent d’indépendance, de justice et d’émancipation. Ils développent une politique culturelle ambitieuse et organisent une réforme agraire qui dérange Washington. Très vite c’est l’escalade. Elle entraîne un rapprochement entre Moscou et une rupture avec les pays du sous-continent. A travers un voyage dans l’histoire et ses tumultes, ce film propose une réflexion sur les ambitions et les difficultés d’une politique culturelle émancipatrice.

Au passage, de passionnants extraits de reportages tournés dans les premières années de la révolution cubaine - Le Monde diplomatique

LE SEL DE LA MER

Fiction d’ANNEMARIE JACIR, Palestine 2007, 35 mm, 109 min

Soraya, 24 ans, a grandi à New York au sein d’une communauté d’ouvriers et de réfugiés palestiniens. Un jour, elle découvre que les économies d’une vie de travail de son grand-père sont restées gelées sur un compte dans une banque de Jaffa en Palestine, depuis son exclusion en 1948. Cette information va la décider à réaliser un rêve, celui de “rentrer” en Palestine, pour toujours pense-t-elle. Dès les premiers instants, le cauchemar s’installe, les humiliations s’accumulent, celles qui sont réservées à son peuple, puis très vite elle découvre la réalité de son pays brisé, dépouillé, sans espoir. Comme elle a fait toute sa vie, elle s’accroche et tente de survivre en travaillant. Elle rencontre alors un jeune homme, Emad, qui au contraire d’elle et comme beaucoup de ses compatriotes, ne rêve que d’une chose, partir. De la colère qui grandit et de l’amour qui naît émerge un projet fou, celui de récupérer envers et contre tout l’argent du grand-père, quitte à devenir hors-la-loi. Soraya et Emad sont contraints de fuir. Ils passent en territoire israélien où ils revivent à vif toutes les traces du paradis perdu, fuite qui les entraîne vers la mer, objet de tous leurs rêves, irréalisables.

UNE MERVEILLEUSE NUIT A SPLIT

Fiction d’ARSEN ANTON OSTOJIC, Croatie 2005, 35 mm, 100 min, VO st fr/nl

Dans les rues sombres et désertes de la vieille ville de Split, deux heures avant la nouvelle année, trois histoires d’amour s’entremêlent. Nick, le petit dealer et la veuve Maria. Maja, une junkie en crise, et Franky, un marin américain dépressif. Luke et Angela, deux adolescents naïfs. Tous tentent sans succès d’échapper à des situations extrêmes. Tous vont voir leur vie changer irrévocablement…
Digne représentant de la nouvelle génération de cinéastes émergeant dans les pays des Balkans, Arsen Anton Ostojic adopte une forme originale et audacieuse pour un premier film sombre, violent et désespéré. Le Jury du Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier 2005 et le public du Festival du Cinéma Méditerranéen de Bruxelles 2006 ne s’y sont pas trompé, en lui décernant une Mention Spéciale à Montpellier et le Prix du Public à Bruxelles. A noter l’étonnante participation du rappeur Coolio.

EL VIOLIN

Fiction de FRANCISCO VARGAS, Mexique, 2006, Noir et Blanc, 35 mm, 98 min

LA MUSIQUE, DERNIER REMPART D’HUMANITÉ FACE À LA BARBARIE

Quelque part dans un pays occupé par les militaires, des rebelles vivent dans la clandestinité des montagnes. Rattrapés par l’armée mettant à feu et à sang les villages qu’elle traverse, la plupart des leaders de la guerilla sont arrêtés. Don Plutarco, violoniste septuagénaire, s’en va ravitailler les troupes rebelles en trompant la vigilance des militaires. Sous l’étroite surveillance d’un capitaine d’armée, Don Plutarco opposera les notes de son violon. Le film se construit sur un savant choix esthétique où le noir et blanc associé à des prises de vue des détails du réel place l’histoire dans l’atemporalité plus que dans le passé.

LA MORT DU TRAVAILLEUR

Documentaire de Michaël Glawogger, Allemagne 205, 119 min

De l’Ukraine à l’Indonésie, du Nigeria au Pakistan et à la Chine, rencontre avec des travailleurs de force qui gagnent à peine de quoi survivre.
En cinq lieux à travers le monde, cinq situations exemplaires, ce film montre avec un sens époustouflant de la mise en scène les conditions de vie et de travail effarantes qui sont le lot des laissés-pour-compte du libéralisme économique. En Ukraine, des mineurs au chômage rampent dans les étroites galeries d’une mine désaffectée pour extraire quelques seaux de charbon ; là même où, en 1935, le héros soviétique Stakhanov avait battu tous les records de production, le glorieux combat pour l’énergie s’est mué en un travail illégal qui n’a d’autre objectif que la survie. En Indonésie, dans l’est de Java, des tâcherons exploitent le soufre au coeur d’un volcan en activité, dans les vapeurs toxiques et la chaleur étouffante ; pour certains d’entre eux, cela fait trente ans qu’ils descendent au fond du cratère pour remonter à dos d’homme une centaine de kilos de soufre, risquant leur vie à chaque voyage. Au Nigeria, dans l’atmosphère empuantie des carcasses brûlées, les tueurs d’un abattoir en plein air s’arrachent les clients pour essayer d’égorger chaque jour le plus grand nombre de bêtes possible. Au Pakistan, des hommes démantèlent à main nue un vieux cargo échoué sur la côte, sous la menace permanente des chutes et des explosions ; d’origine paysanne pour la plupart, ils doivent se faire démolisseurs d’épaves pour nourrir leur famille. En Chine, les ouvriers d’une usine sidérurgique redoutent l’implantation d’une nouvelle unité ultramoderne, pressentant qu’ils sont les derniers spécimens d’une espèce en voie d’extinction...

L’ASSIETTE SALE

Documentaire de Denys Piningre, France 2007, 80 min

Chaque année, le département des Bouches-du-Rhône accueille 5000 ouvriers agricoles saisonniers étrangers. Sans eux, l’agriculture dans ce département n’existerait pas. Les conditions de travail, de logement et les salaires qui leur sont imposés sont dans de très nombreux cas indignes.

Il suffit de rappeler qu’aucun droit à l’ancienneté ne leur est accordé, quand certains viennent en France depuis 30 ans, que leur couverture sociale s’arrête à nos frontières alors que certains traitements chimiques dans les plantations provoquent des maladies « à retardement », cancers ou Parkinson... et la liste est encore longue.

Le film décrit cette situation et remonte les mécanismes qui l’engendrent. Au passage, il fustige l’agriculture intensive, ses excès et les dangers qu’elle suscite, pour aboutir à la description des méthodes de la grande distribution.

AFRICASCOP histoires d’économie solidaire

Documentaire de Pierre Guiard-Schmid et Denys Piningre, France Burkina Faso, 2003, 53 min

Tourné au Burkina-Faso en 2002, AFRICASCOP aborde la question d’un économie basée sur le principe coopératif (partage de la décision sur le mode « une personne = une voix » et répartition équitable des revenus) dans un des pays les plus pauvres du monde.

La parole est donnée aux membres de trois coopératives ayant des activités de production et de services installées dans plusieurs villes du pays, Ouagadougou la capitale, Po au sud et Bobo-Dioulasso à l’ouest.

EN ATTENDANT LES HOMMES

Documentaire de Katy Lena Ndiaye, Belgique, Sénégal 2007, 56min VO Fr

Oualata, la ville rouge à l’extrême Est du désert mauritanien. Dans cet îlot, rempart contre les sables, les femmes s’adonnent à l’art de la peinture, elles décorent, les murs de la ville. Dans une société qui semble dominée par la tradition, la religion et les hommes, trois de ces femmes s’expriment avec une surprenante liberté sur leur manière de percevoir la relation entre les hommes et les femmes.

L’OR NOYE DE KAMITUGA

Documentaire de YVON LAMMENS et COLETTE BRAECKMAN
Belgique 2007, 70 min, VOstfr.

Kamituga, ville minière située dans l’Est Congo, symbolise la tragédie de l’histoire économique du pays. Installations pillées, cartes géologiques volées,... Fini le temps où la SOMINKI assurait à ses travailleurs logement, écoles, et soins de santé en échange de l’extraction d’or et de la cassitérite des mines de Kamituga. Pris en tenailles entre les différents acteurs du conflit, misère, violence et exploitation sont maintenant le quotidien des anciens mineurs et de leurs familles qui gardent malgré tout espoir...
Après la version courte du film (52 minutes), présentée en mai 2006 au « Centre Wallonie- Bruxelles » de Kinshasa, les réalisateurs Yvon Lammens et Colette Braeckman proposent à présent une version rallongée de 18 minutes (afin d’obtenir 70 minutes de documentaire au total) permettant au spectateur de mieux s’immiscer dans l’univers de Kamituga illustrant à petite échelle l’histoire récente du Congo.

LE BUSINESS DES FLEURS

Documentaire de Jean-Michel Rodrigo,
France 2003, 52 min

Imagine-t-on ce qui se cache derrière le simple geste d’offrir des fleurs ? Pour fournir toute l’année un marché rythmé par quelques temps forts comme la Saint Valentin ou la Fête des Mères, la filière évolue au rythme d’une concurrence acharnée qui se joue plus dans la rapidité des échanges que dans la qualité des produits. La mondialisation bat son plein. Avion contre camion… Une rose coupée dans les Andes arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises. Au cœur du système, le fret. La recherche est largement sollicitée. Elle planche sur la résistance en vase du bouquet, le rendement à l’hectare. Sur l’odeur aussi. Car la fleur moderne a perdu de son parfum. Ce film met en lumière, avec brio, un sujet peu connu : la guerre des fleurs, parfait exemple de la complexité des rapports économiques mondiaux.

ET … DES COURTS-METRAGES BELGES

UNE GIRAFE SOUS LA PLUIE,
de Pascale Hecquet, 2007, 13 min

Au village des girafes, toute l’eau est monopolisée pour alimenter la luxueuse piscine de Sir Lion. Une girafe téméraire décide que cette situation a assez duré et détourne le précieux liquide pour arroser l’arbre qui lui sert de repas. Ce geste aura de bien lourdes conséquences : expulsée de son Afrique natale, elle est contrainte d’émigrer et de reconstruire une nouvelle vie dans un autre pays. Une ville du Nord exclusivement habitée par des chiens...

CHRONIQUES DE LUTTE , de Florian Vallée, 2007, tourné au Burkina Fasso, 26 min

Rencontres croisées de deux générations ; travailleurs et étudiants qui chacun à leur manière souffrent mais résistent au raz-de-marée néolibéral.
Ils prennent la parole pour parler de leurs réalités, loin des clichés misérabilistes et fatalistes ; ils (re)construisent l’image d’une Afrique consciente et combative.

TRANSFERT,
de David Vanderkelen, 2007, Animation 7 min
Une femme rentre chez elle. Elle pose sur une table un paquet qu’elle déballe. Une boite à musique. Sa mélodie envahit soudain l’univers gris et terne de la femme et métamorphose peu à peu l’endroit. Progressivement, une dépendance s’installe.

PASSAGE(S),
de Sophie Mormont, 2004, Fiction 8 min
Tous les jours, à la sortie de la gare, un clochard dit bonjour aux passants dans l’indifférence générale. Enfin presque…

AU CLAIR DE LA LUNE,
de François Ers et Ingrid Heiderscheidt, 2007, Fiction Drame, 12 min
Sonia est en difficulté avec son bébé. Elle est totalement désemparée face aux pleurs incessants de l’enfant.

DORMIR AU CHAUD,
de Pierre Duculot, 2006, Fiction Drame, 27 min
C’est en Ardenne qu’échoue Sandrine, une jeune SDF urbaine en bout de course, qui cherche simplement un endroit où dormir, reprendre des forces, sans qu’on lui pose de questions. Ce havre, elle va le trouver chez Marthe et de cette rencontre improbable naîtra progressivement une belle complicité. Et tant pis si la quiétude des villageois s’en trouve perturbée...

EN PAYS ELOIGNE,
de Véro Cratzborn, 2007, Fiction Drame, 27 min
Simon revient dans son village natal, il voulait arriver incognito et le voilà exposé aux regards de tous. Confronté à l’amour mêlé d’incertitude d’une mère et à l’hostilité d’un frère qui ne l’attendait pas, Simon tente de retrouver sa place.